Les Sceptres d'Or du Développement Durable

Presse Le retour des cigognes

Le retour des cigognes

Sources :  Ville Fouesnant

« Quand passent les cigognes », le film du grand metteur en scène russe Kalotozov. Ce fut mon premier émoi cinématographique. Nous étions, jeunes adolescents, et nous étions tous secrètement amoureux de la belle Tatiana Samoilova. Le film qui racontait, si je me souviens bien, une histoire d’amour pendant la deuxième guerre mondiale connut un succès immense dans le pays et obtint même la Palme d’or du Festival de Cannes. Et bien, l’une de ces cigognes, figurez-vous, se posa un jour à Fouesnant [...]

Tout ce passé m’est remonté à la mémoire en contemplant le trophée que Jean-Yves Le Floch, le directeur de l’OMT s’en est allé chercher à Paris, il y a une dizaine de jours. C’était à l’occasion de la cinquième cérémonie des Sceptres d’or du développement durable 2012.

Il trônait sur la scène de l’Archipel, lors de l’assemblée générale de l’Office municipal de tourisme. La sculpture qui représente deux mains enveloppant un globe doré au sommet duquel volètent quelques petits oiseaux est, à vrai dire, « kitchissime » et n’évoque en rien l’élégance aérienne des échassiers. Mais, symboliquement, elle marque la constance fouesnantaise dans sa politique de protection du cadre de vie et souligne le retour de la cigogne qui plane désormais sur Mousterlin. Ce sont, en effet, les travaux entrepris pour réhabiliter les marais qui ont été distingués au titre du développement durable. Une remise en question qui a séduit l’Association nationale des maires des stations classées et des communes touristiques comme elle avait séduit, on s’en souvient, il y a 15 jours, Bougrain-Dubourg. L’écologiste avait convoqué Einstein lui-même pour exprimer sa satisfaction. Remettons donc une couche du célèbre scientifique : « Aucun problème ne peut-être résolu sans changer l’état d’esprit qui l’a engendré ». A Fouesnant la prise de conscience est évidente et l’on a compris que l’on ne peut développer durablement le tourisme en sciant la branche sur laquelle on est assis. Mais si la gestion environnementale est maîtrisée, ce n’est pas pour autant que la partie est gagnée. La saison a été morose. Les budgets vacances diminuent, les habitudes touristiques évoluent en fonction de l’accessibilité (où sont nos low-cost ?), du prix (le littoral breton est cher) et du moment (l’escapade de dernière minute). Il est donc impératif d’innover pour survivre a répété Dominique Macoin, le « grand témoin » de l’assemblée générale, aux professionnels du tourisme. Pour gommer les pollutions (algues vertes) et les aléas du dérèglement climatique (étés pluvieux), il va falloir mettre l’imagination au pouvoir et inciter tout le monde à tirer dans le même sens. Bref, comme disait la rengaine, les cigognes sont de retour. Annoncent-elles pour autant des jours meilleurs ?

En partenariat avec :  

Ecofi
Groupama Asset Management
TERAID

Organisé par Morgan'IT

Morgan'IT